07/02/2019

La Malaisie remporte la Coupe du Monde de la Pâtisserie à Lyon

L’Asie sur les plus hautes marches du podium

Une compétition étonnante … Deux ans après la France, la Malaisie créé la surprise. Son équipe composée de Wei Loon TAN (spécialiste du sucre), Otto TAY (spécialiste du chocolat) et Ming Ai LOI (spécialiste de la glace) remporte le 28 janvier la médaille d’or de la Coupe du monde de la pâtisserie. Cette compétition a eu lieu au Salon international de la gastronomie (Sirah) à Lyon. L’équipe remporte également le prix spécial du Vase de Sèvres en obtenant la meilleure note de dégustation. Des victoires bien méritées qui confirment la montée en puissance de l’Asie dans la discipline. Ce qui a fait la différence ? Sans doute ses petits singes fantaisistes dont l’un d’entre eux semblait se déhancher à la manière d’Elvis, réalisés avec maîtrise et enthousiasme. La médaille d’argent revient au Japon, la troisième place à l’Italie.

« C’est la première fois que la Malaisie monte sur le podium. C’est une preuve que dans la vie lorsqu’on est un bon travailleur et qu’on a un bon professeur, on obtient ce genre de résultat », les a félicité Gabriel Paillasson, Président d’honneur et fondateur de la Coupe du monde de pâtisserie. « Le travail de présentation était parfait et ils ont bien suivi le règlement. J’aime que l’ensemble évolue et toutes les nations ont progressé et encore amélioré leur niveau ».

Capacité technique, savoir-faire et créativité

Créée en 1989 par le pâtissier Gabriel Paillasson, la coupe du monde de la pâtisserie fêtait cette année ses 30 ans. Fidèle à sa philosophie d’origine, la compétition a distingué les jeunes talents parmi 21 équipes représentant 21 pays. Les équipes nationales, composées de trois candidats spécialistes du chocolat, du sucre et de la glace, se sont rencontrées lors d’épreuves imposées pendant 10 heures. Elles ont été jugées sur leur capacité technique, leur savoir-faire et leur créativité. Venues des quatre coins du monde, elles ont toutes tenté de décrocher le titre le plus prestigieux de la pâtisserie en réalisant différentes pièces.

  • 3 entremets au chocolat aux grands crus Valrhona
  • 3 entremets glacés aux fruits de la gamme Capfruit
  • 19desserts à l’assiette
  • 3 pièces artistiques (1 en sucre, 1 en chocolat, 1 en glace hydrique sculptée)

Un dessert à l’assiette 100 % Vegan

Toujours fidèle à sa ligne de conduite, le concours demeure plus que jamais à l’écoute des innovations et des tendances en matière de consommation. Cette année et pour la première fois, un dessert entièrement Vegan avait imposé à toutes les équipes. Il ne devait contenir aucun produit animal. Les pâtissiers n’avaient donc droit ni aux œufs, ni au lait, ni à la crème ! « Ce qui est compliqué mais pas impossible », leur a rappelé Gabriel Paillasson. Finalement, c’est une difficulté inédite qui a challengé la créativité des candidats tout en collant aux préoccupations actuelles des consommateurs.

Chocolate cake with icing in Dark lighting, AF point selection.

Pour les 30 ans du concours, la coupe du monde de la pâtisserie avait également décidé de mettre les abeilles et surtout leur travail à l’honneur. Elle s’est engagée pour la cause “Abeille sentinelle de l’environnement” avec l’UNAF qui vise à les protéger et ce, afin de sensibiliser les candidats et les spectateurs à la biodiversité. L’entremet au chocolat devait obligatoirement contenir un biscuit réalisé à base de miel.

 

 

Dans la même catégorie