18/10/2018

L’initiative solidaire et gastronomique dévoilée par le Four Seasons Hôtel Georges V Paris

À Versailles, s’étend le Domaine de Madame Elisabeth, 8 hectares en plein cœur de la ville mais loin de la foule. Havre de paix offert par Louis XVI à sa sœur, la princesse Elisabeth de France, elle y cultive son potager dont elle offre le fruit aux défavorisés. Aujourd’hui propriété du Département des Yvelines, il est ouvert au public et se révèle aujourd’hui grâce à l’action conjuguée des équipes du Conseil départemental et du chef Simone Zanoni, aux commandes du George*, le restaurant méditerranéen étoilé du Four Seasons Hotel George V, Paris.

Avec le restaurant Le George, le Palace de la gastronomie s’engage en effet dans une démarche environnementale, locale, biologique et sociale, en créant un biosystème vertueux. Les déchets organiques de cuisine et de table du restaurant Le George sont transformés en compost afin de nourrir les sols du potager Versaillais, dont les fruits et légumes viennent garnir les assiettes étoilées, tout en offrant un débouché aux « brigades vertes » en réinsertion, du département.

« Le Four Seasons Hotel George V, Paris a marqué les esprits en devenant le premier Palace à décrocher 5 étoiles Michelin au sein de ses 3 restaurants Le Cinq***, Le George* et l’Orangerie*. Lorsque l’on ouvre la voie de l’excellence, on est tenu d’imaginer la gastronomie de demain. Et cette dernière ne s’épanouira qu’à travers une responsabilité environnementale exemplaire.» – Simone Zanoni, Chef du George

Les Alchimistes

Alors que le volume des déchets ménagers a doublé depuis 1960, Les Alchimistes ont pour ambition de s’attaquer à la problématique des bio-déchets avec une solution pertinente et innovante: faire des déchets une ressource en réorganisant leur traitement en milieu urbain et en circuit court.

Fabien Kenzo Sato et Alexandre Guilluy ont ainsi créé le premier site professionnel de valorisation des bio-déchets à Paris. A travers des boucles de valorisation locales, en vélo, cette jeune start-up divise par 20 le trajet parcouru par les déchets. La nouvelle technologie de compostage électromécanique remplace leur incinération et évite le gaspillage de l’eau, de l’azote, du phosphore et du potassium qui enrichiront les sols. Le compost ainsi créé et estampillé « Made in Paris » est 100% naturel et de haute qualité agronomiques

Un potager à 15km de Paris mêlant local et social

Un projet sincère et ambitieux : 1800 m2 de terrain cultivable sous l’œil passionné de Mickaël Duval Responsable Espaces Verts du département des Yvelines, jardinier-paysagiste et chef d’orchestre des « Brigades vertes », une équipe de vingt personnes en réinsertion professionnelle qui apportent leur expertise et leur enthousiasme au projet. La parcelle voisine du potager est également mise à disposition de l’association Colibri, offrant aux personnes sans domicile fixe qui le souhaitent un terrain où cultiver leurs propres légumes et reprendre goût à la vie.

 

Depuis plus de 10 ans, aucun produit chimique n’est venu perturber l’évolution des plantes, des animaux et des hommes dans le parc. Gestion différenciée, éco-paturage, biodynamie, les jardiniers ont su faire évoluer leur mode de gestion pour retrouver une « nature sauvage » en ville.

Une expérience client au plus près de la terre

Le Four Seasons Hotel George V, Paris dévoile une expérience immersive, offrant à ses clients de découvrir le potager, d’y faire leur cueillette avant de cuisiner et déguster le fruit de leur labeur avec le chef Simone Zanoni. Il leur permet également de rentrer à l’hôtel en Porsche Panamera Turbo S … hybride bien sûr !

« Le concept même du George est basé sur la notion de partage à table. Nous allons plus loin en leur partageant notre univers, nos valeurs, dans cet esprit de proximité avec nos clients qui nous caractérise. » – Simone Zanoni

« Je n’invente rien, de nombreux chefs se sont engagés dans cette voie avant moi, comme Alain Passard et son potager au Mans, Alain Ducasse au Potager de la Reine, à quelques kilomètres, ou Thomas Keller, un précurseur qui produisait déjà 98 % de ses légumes dans son potager il y a 15 ans. J’avais 26 ans quand il m’avait expliqué son rapport à la nature, sa mission, et aujourd’hui à 41 ans, je souhaite rejoindre ces chefs qui se battent pour notre planète et montrer l’exemple aussi.» – Simone Zanoni.

 

Dans la même catégorie