05/11/2017

L’ Impôt sur la Fortune Immobilière remplace l’Impôt sur la Fortune

Impôt

La loi de Finances 2018 prévoit de supprimer l’Impôt sur la Fortune (l’ISF) et de le remplacer par l’ Impôt sur la fortune immobilière (IFI) assis sur la valeur du patrimoine immobilier et excluant le patrimoine financier. La transformation de l’ISF en IFI a été adoptée par les députés le 20 octobre. Le texte actuellement en discussion devrait être adopté à nouveau en deuxième lecture par l’Assemblée nationale. De sorte que l’impôt sur la fortune immobilière entrerait en vigueur au 1er janvier 2018.

Les patrimoines immobiliers de 1,3 million et plus seront imposés à l’IFI

Assis sur les seuls actifs immobiliers, l’impôt sur la Fortune Immobilière (IFI) reposera sur le même seuil d’assujettissement que l’ISF.

Ainsi, vous serez soumis à l’IFI si votre patrimoine net taxable est supérieur à 1,3 millions. Le taux qui appliqué sera progressif :

  • entre 800 000 € et 1 300 000 €: 0,5 % ;
  • entre 1 300 000 € et 2 570 000 € : 0,7 % ;
  • entre 2 570 000 € et 5 000 000 € : 1 % ;
  • entre 5 000 000 € et 10 000 000 € : 1, 25 % ;
  • plus de 10 000 000 € : 1,5 %.

L’abattement de 30% sur la résidence principale est maintenu

Assis sur les seuls actifs immobiliers, l’impôt sur la Fortune Immobilière (IFI) reposera par ailleurs sur les mêmes règles que l’actuel ISF et bénéficiera notamment de l’abattement de 30% sur la résidence principale. Sachez encore que réduction d’impôt en faveur des dons aux organismes d’intérêt général sera transposée dans l’IFI .

150 000 contribuables concernés par l’IFI

Selon les calculs du gouvernement, 150 000 contribuables devraient être concernés par l’IFI contre 350 000 assujettis à l’ISF.  « Les propriétaires immobiliers bénéficieront de la suppression de l’ISF dans la mesure où leur patrimoine inclut généralement une part d’actifs financiers », assure Bercy. Selon les calculs du gouvernement, la suppression de l’ISF et son remplacement par l’IFI dégageront pour les contribuables concernés, des ressources estimées à 3,2 milliards d’euros.

« Il y avait sûrement des options plus intelligentes pour orienter l’épargne vers la création de richesse et d’emplois que de punir les propriétaires, analyse de son coté Laurent Demeure, Président de Coldwell Banker France & Monaco. A l’arrivée, l’IFI aura un effet pervers sur l’économie en incitant ceux qui ont de l’argent à le laisser dormir sur leur compte plutôt que de l’investir ou alors de l’investir dans des placements sans risque comme l’assurance- vie. Je ne crois pas que les investisseurs français vont subitement devenir des risk lovers prêts à investir leur future retraite dans une start-up ».

Dans la même catégorie