26/07/2018

Comment se porte l’immobilier dans les régions du Tour de France ?

Comme tous les ans, cette année en juillet, les cyclistes du Tour se sont élancés sur les routes de France. Coupe du Monde de Football oblige, la version 2018 est partie avec une semaine de retard. Le départ la 105e édition du Tour de France a eu lieu le 7 juillet 2018 à Noirmoutier-en-l’Île et, depuis presqu’un mois, les coureurs sillonnent l’Hexagone, traversant nos belles régions. L’occasion de faire un point sur le marché immobilier de plusieurs d’entre elles.

Biarritz attire les acheteurs en quête d’une résidence secondaire

Avec un prix de 6 000 € /m² en moyenne, Biarritz, station balnéaire de la côte basque, qui a accueilli tous les têtes couronnées d’Europe dans les années 1800, reste très attractive. Elle attire les acquéreurs à la  recherche d’un pied-à-terre, d’appartements familiaux ou de réception. « 95% de notre clientèle  est en quête d’une résidence secondaire», précise Olivier Hourcade, directeur des bureaux Coldwell Banker® Carré Ouest. Les perspectives du marché pour le 2e semestre 2018 sont bonnes : depuis quelques semaines, les ventes s’enchaînent à un rythme plus soutenu avec une hausse des prix au m² sur des produits rares (vue mer). Cette reprise est néanmoins freinée par le manque de biens au prix du marché. Avis aux intéressés…

Loft de 183m2 à Biarritz Côte des Basques – 949 000€

 

Une forte demande sur la métropole Lilloise

A Lille, les prix oscillent entre 2100 et 3900 €/m². « Il y a une forte demande sur la métropole lilloise mais moins de biens à vendre donc le marché se tend », précise Jean-Pierre Monnaert, responsable de l’agence Coldwell Banker® North Residential. La force de ce secteur ? L’activité économique et culturelle de Lille et de la Métropole ainsi que l’abondante présence de transports en commun et la gare TGV. Le vieux Lille attire plutôt les jeunes actifs avec un gros pouvoir d’achat (prix fourchette haute 3 700 € m²). En dehors de la ville, le marché est boosté par les séniors, qui quittent une maison devenue trop grande mais qui cherchent à acheter un appartement pour rester dans leur secteur, et par les primo accédants célibataires ou sans enfants qui trouvent leur bonheur avec des prix raisonnables dans des quartiers un peu moins cotés. A titre d’exemple, un appartement de 65 m² a été vendu à La Madeleine (proche Lille) 140 000 €.

Villa d’architecte individuelle de 206 m² à 4km de Lille – 740 000€

Royan : un marché accessible avec de beaux jours devant lui

Le marché de la 2e région la plus ensoleillée en France est actif. S’il a connu un démarrage lent en début d’année, il repart au 2e semestre. « D’une manière générale, il se porte bien puisque notre chiffre d’affaires a progressé de 30% par rapport à l’an dernier », explique Pauline Bruneau, Dirigeante des bureaux Coldwell Banker® L’immobilière international. La force de ce secteur ? La région n’est pas surpeuplée, comme d’autres régions plus au sud, et les prix restent cohérents, voire abordables par rapport aux autres marchés sur le littoral de la côte ouest tels qu’Arcachon, Ile de Ré, Biarritz… Et pour cause : la région a subi une baisse de prix depuis 2009. Actuellement, ils stagnent, voire progressent très légèrement. Un appartement vue mer, de 40 m², sur le port de Royan, se vend 232 000 €, soit 5800 €/m². Le profil des acquéreurs ? Les Parisiens, les Franciliens et les clients internationaux. Royan et Saintes et la région saintongeaise restent de beaux secteurs où l’on peut aisément devenir propriétaires !

Maison de Charme de 131m² à Royan Pontaillac – 420 000€ 

 

Megève, une station très attractive par rapport aux autres secteurs de montagne

L’enneigement a été exceptionnel cette année, ce qui a été très profitable aux stations de sport d’hiver de moyenne montagne. Elles ont retrouvé une belle attractivité. Boosté en plus par l’effet Macron qui a enrayé la valse des changements en termes de fiscalité, le marché immobilier de Megève, station familiale, se porte donc bien. Le volume de ventes a progressé, notamment les petites (entre 400 000€ et 1,2 M€). Bien que les acquéreurs soient encore attentistes, le haut de gamme est en passe de redémarrer. « Le marché de la résidence secondaire reste un marché atypique. Il ne s’agit pas d’un marché de besoin, l’attractivité ainsi que la notoriété de Megève en font une valeur refuge. Mais les acquéreurs les plus aisés (souvent étrangers) demeurent patients, analysent le marché, la conjoncture ou encore la fiscalité avant de confirmer leur projet d’acquisition », analyse Jean-Baptiste Pierlot, Dirigeant du Bureau, Coldwell Banker® Alps Realty. A Megève, les prix oscillent entre 5 000 € / m² et pour la fourchette haute : 15 000€ / m². A Megève, quartier Rochebrune, un chalet de 160 m² est à vendre 1 950 000 € FAI, soit 12 188 €/m². A Demi-Quartier, commune limitrophe, un appartement de 5 pièces et de 120 m², entièrement rénové, est proposé à 1 395 000 € FAI, soit 11 625€ / m².

Chalet de 160 m² à Megève/Rochebrune – 1 950 000€ FAI 

Dans la même catégorie