11/07/2019

Ce qu’il faut savoir avant d’acheter un bien classé Monument Historique

Pour les amoureux des vieilles pierres …

Acheter un bien classé monument historique présente des avantages. Outre le fait que le bien possède un caractère historique et de charme, acquérir ce type de  bien est surtout intéressant sur le plan fiscal et patrimonial ! D’où l’intérêt de se lancer dans ce type d’investissement. Alors que faut-il savoir avant d’acheter un bien classé monument historique ?

La loi Monuments Historiques existe depuis plus de 100 ans. Ce dispositif de défiscalisation s’adresse principalement à deux catégories d’investisseurs :

  • aux passionnés des vieilles pierres, qui souhaitent acquérir un morceau de notre patrimoine et s’investir dans une restauration, et
  • aux contribuables fortement imposés qui cherchent à réduire le montant de leur imposition.

L’avantage fiscal n’est pas plafonné

Si vous investissez dans un bien classé « Monuments Historiques » ou « inscrit à l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques », en vue de l’entretenir, de le restaurer, que vous comptiez l’habiter ou le louer, vous pourrez déduire de vos revenus fonciers (à 100 %) l’ensemble des charges liées à l’entretien et à la restauration du bâtiment, tout comme les intérêts d’emprunt ayant servi à l’acquisition du bien et aux travaux.

Par ailleurs, il n’y a aucune obligation de louer le bien… Si vous faites néanmoins ce choix, sachez qu’il n’existe aucun plafond de loyer ni plafond de ressources concernant le locataire. Ce qui n’est pas le cas lorsque l’on investit dans un bien en loi Pinel. L’avantage fiscal n’est pas non plus plafonné.

Donc, plus votre taux d’imposition est élevé, plus investir en loi Monuments Historiques est judicieux !

Evidemment, il y a des contreparties… Depuis le 1er janvier 2009, si vous achetez un bien en loi Monuments Historiques, vous devrez le conserver au minimum pendant 15 ans. Vous ne pouvez ni le démolir, ni le transformer, ni le vendre ou le léguer sans l’autorisation du Ministère de la Culture. La restauration est, elle, soumise à des règles très strictes. Et aucun travaux ne peut être effectué sans le contrôle d’un architecte des Bâtiments de France.

A retenir également : le déficit généré est lui aussi déductible du revenu global, sans aucun plafonnement. De plus, pour vous aider à restaurer ce morceau d’histoire française, vous pouvez obtenir des subventions de l’état : jusqu’à 35 % pour un bien classé monument historique et 15 % pour un bien inscrit à l’inventaire. De quoi vous permettre d’alléger considérablement la facture des travaux. Enfin, la donation ou la transmission de ce patrimoine classé est exonérée de droits de succession : une bonne nouvelle pour vos enfants !

 

Retrouvez notre selection de biens d’histoire et d’exception sur coldwellbanker.fr

 

 

 

 

Dans la même catégorie